Ma madeleine de Proust…

Le linge propre, l’eau de Cologne citronnée et le café torréfié peuvent raviver chez nous une foule de souvenirs, et bien plus encore...

Comme l’écrit si bien Marcel : « la vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté ».L’auteur connu pour son sens du détail, n’est pas un obsédé de pâtisserie à proprement parler. Le goût et l’odeur de la madeleine lui font vivre un voyage dans le temps, une aventure sensorielle où l’odorat s’érige comme l’« édifice du souvenir ».

 

Cet état quasi mystique s’explique simplement et scientifiquement. De tous nos sens, seul l’odorat fait appel à notre cerveau limbique, la partie du cerveau qui n’est pas analytique mais au contraire, totalement dans l’émotionnel. Pas d’analyse cognitive donc, l’info est directement transmise à l’amygdale, sans transiter par le néo-cortex, comme les autres sens. On comprend mieux ainsi pourquoi les odeurs réveillent en nous plus que des souvenirs, des émotions !

En outre, il est intéressant de constater que plus une odeur suscite d’émotions, plus le contexte dans lequel elle a été respirée est bien mémorisé. Ainsi les piscines javellisées seront toujours synonymes pour moi des horribles cours de natation en maternelle. Alors qu’en repensant à ma grand-mère adorée, je sens encore les effluves de fleurs séchées, et de laque Elnett dans son sillage.

Ma liste d’odeurs préférées

  • Le linge propre > la dame qui travaillait chez mes parents
  • Les gâteaux dans le four > ma grand-mère
  • L’eau de Cologne > mon grand-père
  • La bouse de vache >  un moulin à eau à la campagne où je passais mes vacances
  • Les chevaux > la Normandie et les balades à cheval sur la plage
  • Le café torréfié > mon père et le petit déjeuner
  • L’herbe coupée > mon jardin d’enfance

Et vous quelles sont les odeurs de votre enfance ? À vos carnets !



Luce

All content © Keep&Tell, Ltd, 2017. All rights reserved.  Voir les CGU